Découverte de l'ordinateur

Partager cette pageEnvoyer a un amiImprimer

Je découvre l'ordinateur

L'environnement matériel et logiciel du numérique est diversifié et il est parfois complexe d'y trouver son chemin. Pourtant, quelques notions simples et non réservés aux techniciens peuvent permettre de s'y retrouver dans le jargon technique des commerciaux.

 Cycle 1 : Je découvre l'ordinateur

Généralités sur les matériels et systèmes d'exploitation - Samedi 02/10 – 10h00/12h00

  1. Qu'est-ce qu'un PC, un MAC, un système d'exploitation, un logiciel ?
    L'ordinateur individuel ou micro-ordinateur est composé d'une unité centrale (unité de traitement de l'information) ainsi que d'interfaces d'entrée (clavier et souris pour les entrées standard) et d'interfaces de sortie (écran et imprimante pour les sorties standard). 

    Le micro-ordinateur est un ordinateur de petite taille doté d'un micro-processeur (processeur de petite taille). L'apparition des micro-ordinateurs date des années 1970 et est concomitante de la miniaturisation des éléments constitutifs, dont le micro-processeur au premier titre.

    Parmi les premiers micro-ordinateurs commercialisés, sinon les premiers, on peut citer le Micral de l'entreprise française R2E en 1972, que la société BULL a ensuite commercialisé.
    Puis, en 1976, Apple en 1976 et IBM sort l'IBM-PC en 1981.
    Entre 1972 et 1981, sont aussi apparus les Commodore, Tandy, Sinclair ZX81, etc
    En 1984 est arrivé le premier Macintosh d'Apple.

    Une des grandes différences entre ces familles de micro-ordinateurs résidait dans le micro-processeur dont il dispose. Depuis qu'Apple a équipé ses machines Macintosh d'un microprocesseur Intel, les compatibles PC ont progressivement dominé le marché et approchent aujourd'hui les 100 %.

    La différence qui demeure n'est donc plus une différence matérielle mais une différence logicielle avec systèmes d'exploitation différents.

  2. Qu'est-ce qu'un système d'exploitation ?, Qu'est-ce que Linux, OS-X, Windows ?

    Selon l'encyclopédie Wikipédia, un système d'exploitation est « l'ensemble de programmes central d'un appareil informatique qui sert d'interface entre le matériel et les logiciels applicatifs ».

    Les premiers systèmes d'exploitation pour ont été créés dans les années 1960.

    En 2010, deux grandes familles de systèmes d'exploitation équipent la plupart des micro-ordinateurs: la famille Unix (dont Mac OS X et Linux) et la famille Windows.

    La famille Windows détient le quasi-monopole sur les ordinateurs personnels, avec plus de 90 % de part de marché depuis 15 ans, tandis que la famille Unix équipe presque 50% des serveurs,  anime 60 % des sites web dans le monde et GNU/Linux équipe 95 % des près de 500 super-ordinateurs du monde.

    Selon sa conception, un système d'exploitation peut être multi-tâches ou alors mono-tâche, multi-utilisateurs ou alors mono-utilisateur, il peut aussi être multiprocesseurs et/ou en temps réel.

    Dès leur origine, les systèmes d'exploitation de la famille Unix sont conçus pour fonctionner sur des ordinateurs en réseau, en milieu ouvert à la différence des système d'exploitation Windows, héritiers direct du système d'exploitation initial des PC, le MSDOS, système mono-utilisateur, monotâche presque exclusivement installé sur des ordinateurs monopostes.

    Les conséquences de ces origines différentes influencent encore le fonctionnement des systèmes d''exploitation de chaque famille et on peut parier que la grande différence du nombre de failles de sécurité constatées entre ces deux familles en est l'héritière directe.

    Voyons maintenant quels sont les systèmes d'exploitation que vous pouvez utiliser sur votre micro-ordinateur:
    1. Famille Windows:le plus populaire des systèmes d'exploitation de la famille Windows est et reste Windows XP malgré les tentatives de Microsoft d'imposer de nouvelles versions de leur système d'exploitation, comme Windows Vista puis Windows Seven.

      L'une des principale force de ce système d'exploitation consiste en une quasi « vente forcée »; il est en effet difficile voire impossible d'acquérir un micro-ordinateur des principales marques sans faire l'acquisition automatique d'une licence Windows.

      Outre que cette situation impose un système d'exploitation, elle a pour conséquence de priver les utilisateurs d'installer le système comme ils l'entendent et finalement les privent d'un choix élémentaire.

      Par ailleurs, du fait de leur origine mono-utilisateur monoposte, les systèmes d'exploitation de la famille Windows, tous les systèmes d'exploitation de la famille Windows souffrent de nombreuses et graves failles de sécurité. Cette situation est d'autant plus dangereuse que ces systèmes sont des systèmes propriétaires que seule la maison mère est en capacité de résoudre ….... si elle le veut …..... quand elle le veut …...... dans une nouvelle version du système …...... ou dans un prochain système …...... payant !

      Pour illustrer notre propos, vous pouvez avoir un aperçu de la liste des failles de sécurité sur systèmes Windows et logiciels pour ce système .


    2. Famille Unix:
      La famille Unix comprend plusieurs systèmes d'exploitation dont les deux principaux sont Mac OS X et Linux.

      Mac OS X est un système d’exploitation propriétaire développés et commercialisés par Apple, dont la version la plus récente (Mac OS X v10.6, dit Snow Leopard) est installée sur tous les Macintosh vendus actuellement. Mac OS X est le successeur du système Mac OS, qui avait été le principal système d'exploitation d'Apple depuis 1984. Contrairement à ses prédécesseurs, Mac OS X fait partie de la famille des systèmes d'exploitation UNIX, basé sur les technologies développées par NeXT depuis le milieu des années 1980 jusqu'au rachat de la société par Apple en 1997.

      Linux est un système d'exploitation libre (chacun peut inspecter, corriger, modifier, enrichir le code des logiciels qui le composent).

      Les premières versions de Linux, riches en fonctionnalité et mieux sécurisées que la plupart des systèmes d'exploitation concurrents, étaient dépourvues d'interface graphique, donc peu accessibles aux non-initiés.

      Ces dernières années ont vu l'émergence de nombreuses distributions de Linux dont l'interface graphique n'a rien à envier aux systèmes d'exploitation concurrents.

      Les principales interfaces graphiques, Gnome, KDE ou XFE, peuvent être utilisées sur toutes distributions de Linux.

      Linux est un système d'exploitation très stable, très sécurisé (quasi absence de virus, troyens et consorts), qui évolue en permanence sans rupture technologique.
      Le nombre des failles de sécurité dans Linux ce système est très réduit en regard de celles présentes sur les versions de Windows, elles sont par ailleurs corrigées dans un délai beaucoup plus court.

      Linux est un système d'exploitation gratuit, téléchargeable sur internet et qui peut fonctionner sur un ordinateur en coexistence avec un autre système d'exploitation.

      Les systèmes d'exploitation Linux conviennent à tous les utilisateurs, juniors ou senoirs, débutants ou spécialistes.

      Le plus répandu des systèmes d'exploitation Linux est Ubuntu également téchargeable gratuitement sur le web.


fr.wikipedia.org/wiki/Windows
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mac_OS_X

 

Pour aller plus loin:

Les livres

Linux - mode d'emploi de Daniel A. Tauber et Matt Welsh - C0002181470
Linux pour les nuls de Craig Witherspoon - C0002343129
Linux toutes distributions de Michael Wielsch - C0002891936
Le PC pour les Nuls de Dan Gookin – First Edition – C0004982694
Votre premier PC en 10 étapes de J.F. Schan – First Interactive – C0003704776
Windows XP de Michel Martin – First Interactive – C0004213095
Windows XP pour les Nuls – Andy Rathbone – First Interactive - C0004771263

Les livres à venir (non disponibles actuellement)

 

Découvrir LINUX et ses commandes Eni
Comprendre d'économie du logiciel libre Eyrolles

 

 

Les revues à venir (non disponibles actuellement)

 

Opensource Magazine: magazine grand public, de vulgarisation des alternatives aux principaux logiciels du marché, logiciels open-sources et/ou gratuits.
Descriptifs, guides d'utilisation, tutoriels, exemples et astuces.

Linux Pratique: ce magazine s'adresse aux lecteurs qui souhaitent découvrir, comprendre et utiliser Linux, découvrir les applications par grands domaines (découvertes thématiques, découvertes thématiques, découvertes applicatives, cas pratiques),

Linux Pratique Essentiels: ce magazine s'adresse aux utilisateurs des systèmes Linux et leur donne les clés pour maîtriser leur système d'exploitation et le paramétrer pour qu'il réponde à leurs

 

Des revues informatiques sont disponibles au rayon Magasine, 1er Etage


Apprendre clavier et souris

Tout débutant sur ordinateur commence par découvrir le clavier et la souris et c'est à l'usage que viennent les automatismes.

On peut se familiariser avec les fonctions diverses du clavier et comprendre comment obtenir tel ou tel caractère sous forme ludique; preuve en est faite avec les "exercices" réalisés par La Cité des Sciences & de l'Industrie et que l'équipe multimédia de la Médiathèque de Roubaix a sélectionnés pour vous:

Pour les découvrir ou les découvrir à nouveau, il suffit de cliquer sur les liens ci-dessous:


 

Les écrans et imprimantes

Session du 23 Octobre 2010

 

 

 

BIEN CHOISIR SON ECRAN

ET SON IMPRIMANTE

 

LES ECRANS

LES ECRANS CRT


Les plus :
- Pas de rémanence. (C'est ce qui donne l'impression désagréable d'un effet de "trace" en particulier dans les jeux vidéos et les films rapides).
- La robustesse. Les écrans cathodiques sont plutôt solides et les écrans LCD.
- Pas d'angle de vision limité, l'image est parfaitement visible même si l'on n'est pas parfaitement en face de l'écran.
- Un meilleur rendu des couleurs et notamment des noirs,plus profonds. La différence est importante pour les infographistes qui doivent se tourner vers les écrans CRT à tube Trinitron ou Diamontron... malheureusement ces écrans sont désormais introuvables.

Les moins :
- Lourd et encombrant.
- Il vieillit mal (soit devient sombre ou ligne lumineuse en son centre).
- Gros consommateur d'électricité. (plus du double par rapport au LCD).
- Il peut afficher des pixels déformés dans les angles.

LES ECRANS LCD

Les plus :
- Ils sont beaucoup plus légers et occupent très peu de place sur un bureau ; surtout pour les grandes tailles (au dessus de 20 pouces), ils sont également plus esthétiques.
- Ils consomment moins d'électricité, la moitié environ de la consommation d'un écran CRT pour une taille comparable.
les pixels sont bien alignés sur une grille à la différence des tubes cathodiques qui eux créent les pixels.

Les moins :
- Les écrans LCD sont très sensibles aux chocs notamment si vous appuyez assez fortement sur la matrice de votre écran LCD.
- L'angle de vision peut être limité si l'on ne se trouve pas en face de l'écran, l'image peut paraître plus sombre.
- L'écran peut afficher des pixels morts, voir même des lignes. Plus l'écran est vieilli, plus le risque est grand de rencontrer ce problème.

QUELLES TAILLES ? POUR QUOI FAIRE ?

La norme actuelle (écrans se vendant le plus) est de 19 pouces. On commence à trouver aussi de plus en plus d'écrans 20" et plus qui sont déjà très confortables à des prix abordables.
Les écran 19 et 20 pouces sont très appréciables pour tous les usages : bureautique, surf, jeux... Ces écrans ne sont plus assez grands pour visionner des films et vidéos de manière correcte, surtout lorsqu'ils sont au format wide : 16:10 (format qui remplace le 16:9. Pourquoi ? Tout simplement, parce qu'il n'est pas pratique de fabriquer des écrans avec des résolutions de 1266*766. Les fabricants préfèrent utiliser, par exemple,une résolution de  1280*768, ce qui équivaut à un format 16/10).
Les écrans de 22 et 24 pouces s'améliorent en terme de performances et commencent à se démocratiser au niveau des prix, ils sont donc parfaits pour regarder de la vidéo et les jeux vidéo. Ils affichent d'excellentes résolutions qui permet une bonne lisibilité des textes.
Les écrans de 26 et 30 pouces sont eux aussi parfait pour le visionnement de vidéos et les jeux vidéos d'actions rapides. Ils restent pour l'instant à des prix élevés et il est nécessaire d'avoir une carte graphique récente pour ce type d'écrans.

QUELLE RESOLUTION POUR MON ECRAN ?

Retrouvez le lien du tutoriel de la Cité des Sciences

Plus la résolution sera grande, plus les textes affichés à l'écran seront petits. Pour un meilleur confort certaines personnes baisseront la résolution pour une meilleure lecture. Il en est de même pour les images, une image de 800x600 pixels fera tout l'écran si celui-ci à une résolution de 800x600 pixels. Cette même image sera beaucoup plus petite sur un écran de 1280x1024.
Attention à ce que votre carte graphique puisse gérer les résolutions importantes.

Voici un récapitulatif des tailles d'écrans.

19" : 1280*1024 en 4:3
20" : 1600*1200 en 4:3
22" : 1680*1050 en 16:10
24" : 1920*1200 en 16:10
30" : 2560*1600 en 16:10

QUELLE FREQUENCE DE RAFRAICHISSEMENT ?

La fréquence de rafraîchissement d'un moniteur vidéo est définie par le nombre d'images s'affichant sur l'écran par seconde.
Plus ce nombre est élevé, plus le balayage est rapide ; 70 Hz signifie que les électrodes vont balayer 70 fois l'écran en une seconde.
Plus ce nombre est faible plus on obtient un effet de scintillement très fatigant pour l’œil ; en dessous de 70 Hz, du fait de la persistance rétinienne, l'œil est capable de percevoir le changement d'image.
Cette valeur varie généralement entre 50 et 100 Hz. Plus cette fréquence est élevée, meilleur est le confort visuel. Pour les épileptiques une fréquence minimale de 100 Hz est recommandée.
Pour que l’image reste stable, sans scintiller, il faut que cette fréquence soit au minimum de 70 Hz à la résolution optimale d’utilisation.
Sachez qu’au-delà de 85 Hz, la majorité des utilisateurs ne voit pas de différence, même après une journée de travail.
Pensez aussi à vérifier que votre carte graphique est capable de générer cette fréquence à cette résolution.

LES CONNECTIQUES

Le VGA
Permet de brancher un écran informatique. Signal analogique. Utilisé pour les écrans à tube cathodique (CRT) et pour les écrans LCD "entrée de gamme".
Les câbles et connecteurs VGA sont utilisés pour transmettre les composantes vidéo analogiques RGBHV (rouge, vert, bleu, synchronisation horizontale, synchronisation verticale), ainsi que des signaux numériques DDC2 d’identification des moniteurs.
Le VGA va devenir obsolète au profit du DVI.

 

Le DVI
la liaison DVI évite la conversion numérique-analogique par la carte graphique, suivie de la conversion analogique-numérique dans l'écran (on reste directement en numérique d'un bout à l'autre), à laquelle il faut ajouter les pertes et les parasites lors du transfert par le câble occasionné par le VGA. L'interface DVI permet d'éviter toutes ces pertes.
La liaison DVI améliore sensiblement la qualité de l'affichage par rapport à la connexion VGA.
L'image parfaitement nette et il n'y a pas de pertes des nuances de couleurs.


Le HDMI
Tous les signaux (vidéo, son) passe par un seul câble.
Il s'agit d'un standard de connexion numérique de grande qualité qui véhicule à la fois le son et l'image comme les images et son HD. (lecteur de dvd blue-ray, camescope HD, appareil photo HD...)
Il n'y a pas de conversion ni compression  numérique comme pour le DVI.
Fonctions permettant d’assigner tous les réglages pour écouter ou enregistrer avec une seule touche.
Taille de câble réduite, plus facile à dissimuler.

 


A SAVOIR...

La luminosité : plus elle est importante, plus l’écran est visible dans un environnement très éclairé ; une intensité lumineuse de 250 cd/m² (candela par mètre carré) est un
minimum.
. Le contraste : plus il est important, meilleur est le rendu des couleurs, notamment pour les noirs, gros point faible des LCD ; une valeur de 100 :1 de contraste est indiquée.

 

Pour plus d'information :

un PDF de la Cité des Sciences sur les écrans.

Un article sur les écrans.

 

 LES IMPRIMANTES


Il existe 3 types d'imprimantes :

L'imprimante  mono-fonction :                                  

Il s'agit de l'imprimante classique qui ne sert qu'à imprimer. Selon la technologie (laser ou jet d'encre), elle peut être orientée bureautique, photo... ou les deux.
résolution et vitesse d'impression. La résolution indique la qualité de l'impression. Elle est quantifiée en ppp (points par pouce). Plus la valeur est élevée et plus l'impression est de qualité (Qualité moyenne en couleur : 4800 x 1200 ppp).
La vitesse d'impression s'exprime en ppm (pages par minute). Si on n'a pas de gros volume d'impression à faire, on privilégiera la qualité d'impression à la vitesse.



L'imprimante multifonction :                                         
imprimante, scanner, photocopie et souvent fax. Cette dernière fonction étant plutôt réservée aux modèles à vocation professionnelle. Elle représente aujourd'hui la majorité des ventes.
L'appareil remplace quatre périphériques à la fois. C'est autant de câbles en moins et d'espace occupé. L'acquisition de l'appareil revient moins cher que l'achat cumulé des quatre périphériques, mais si un élément tombe en panne c'est tout l'ensemble qu'il faut ramener en réparation.
Pour un usage bureautique, comme la photocopie de documents A4, une résolution de 600 ppp suffit. Les résolutions supérieures, jusqu'à 4800 ppp, sont surtout utiles pour agrandir les petits détails d'une photo, voire d'une diapositive.
Les imprimantes multifonction sont livrés avec un cd-rom avec un logiciel pour permettre de scanner et un logiciel de retouche photos basique.


L'imprimante photo :                                                          
Destinée à l'impression de photo format 10x15 (format des photos traditionnelles). Portables et compactes, elles ne nécessitent pas un ordinateur pour fonctionner, juste d’insérer la carte SD de l'appareil photo.
Elle n'utilise que du papier photo, beaucoup plus cher.



Il y a 3 types d'impression :

Impression jet d'encre :
À l'aise autant en bureautique qu'en photographie. Mais, en fonction des prix, les écarts de vitesse sont parfois très sensibles.
Elle utilise des cartouches (encre liquide).
Le remplacement régulier des cartouches, en cas d'usage intensif, a un coût qui peut vite devenir prohibitif.
Actuellement, les imprimantes grand public sont vendues à un prix proche, voire inférieur, à celui des cartouches. La marge bénéficiaire est donc faite sur les cartouches. Pour fidéliser (ou enchaîner) les clients, toutes les imprimantes utilisent des cartouches différentes (absence de standard).
Pour empêcher que l'on puisse recharge ses cartouches, les constructeurs ont mis au point des cartouches « intelligentes » de sorte qu'il soit impossible de les recharger mais le Parlement Européen à mis fin à cette pratique En particulier, les dispositifs techniques empêchant la valorisation des équipements usagés devraient être évités.
Il existe des cartouches génériques capables de fonctionner comme les cartouches des grandes marques, bien que certaines utilisent de l'encre de mauvaise qualité.
Préférez des cartouches d'encres séparées, aussi bien le noir que les trois autres couleurs plutôt qu'une cartouche regroupant les 3 couleurs.
On trouve des entrées de gamme à 30 E jusqu'à plus de 200 E.


Impression laser :
Sa vocation est essentiellement bureautique et professionnelle, pour des volumes de plusieurs centaines de pages par mois.
Elle utilise des toners (encre en poudre).
Rapide et économique à l'usage, car le coût à la page demeure plus faible que celui du jet d'encre.
Une imprimante laser couleur est polyvalente et aura une belle qualité d'impression tant au niveau des textes, des graphiques comme des photos.
Les encres toners résistent mieux au temps et à la lumière que les jets d'encre.
On trouve des entrées de gamme monochrome à 80 E et 120 E pour une couleur jusqu'à plus de 600 E

Impression par sublimation  thermique :
Dévouée à l'impression de photos au format 10x15 et ne prends pas en charge les autres formats papier.
Le coût d'un tirage avoisine la trentaine de centimes d'euros, soit deux à trois fois plus que les prix pratiqués dans les labos photo.
(L'imprimante thermique vaporise l'encre sur un film translucide afin de l'appliquer au support d'impression à l'aide d'une pointe chauffée.
Chaque couleur primaire (jaune, magenta et cyan) est vaporisée successivement sur le support).
L'impression est supérieur à une impression jet d'encre.
Prix d'achat assez élevé pour une imprimante uniquement destinée aux photos.
On trouve des entrées de gamme à 70 E jusqu'à 300 E et plus.

Les 3 critères à retenir pour acheter un imprimante :
La vitesse d'impression (ppm).
La résolution
Les consommables

 

Pour plus d'information :

Un PDF de la Cité des Sciences sur les imprimantes.

Un article sur les imprimantes.